Partir au Japon pour les vacances d’été

L’archipel volcanique du Japon séduit par son environnement et par ses cultures hors pair. C’est une destination surprenante où les traditions millénaires et la modernité se côtoient. Avec les immeubles futuristes de Tokyo et les sanctuaires des villes périphériques, partir en voyage au Japon promet une déconnexion totale.

Visiter Japon : par où commencer ?

Dès qu’on débarque à Tokyo, on est déjà plongé dans un univers inhabituel. Logé dans l’un des grands hôtels de Shinagawa, Shinjuku ou Ikebukuro, on pourra contempler les séquoias qui cachent les cerisiers des quartiers environnants. La nuit, la ville est semblable à un tourbillon d’images qui abrite des lumières assassines, des publicités géantes et des gratte-ciels avant-gardistes qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Après quelques jours de trek urbain, le parc Shinjuku Guen est un véritable poumon vert. À quelques mètres, on peut d’ailleurs changer totalement de siècle et d’atmosphère à Nezu -Jinja, un sanctuaire shinto datant de la période d’Edo. Pour sortir du brouhaha de la capitale, la plupart des voyageurs continuent la découverte jusqu’à Osaka alors que d’autres prennent le train pour partir à Kyoto, cité des geishas , du maiko, des moines , des bronzes, des temples et des jardins.C’est le berceau culturel du Japon. Il perpétue le savoir-vivre japonais à travers des traditions artistiques et religieuses.

Ce qu’il faut savoir avant de partir au Japon

Avec la baisse des tarifs aériens et la montée en force de l’euro, le rêve nippon semble s’approcher de l’Europe. Toutefois, pour partir en voyage au Japon et réussir son séjour, il est essentiel de bien se préparer. Même avec le taux de change devenu favorable, le cout de la vie est assez onéreux. D’ailleurs, comme chaque voyage, il faut également s’occuper des formalités administratives. Les français n’ont aucun besoin de faire une demande de visa pour venir au Japon en tant que simples visiteurs. En règle générale, un visa touristique sera automatiquement délivré sous la présentation d’un passeport valide. Il autorise le voyageur à rester 90 jours sur l’archipel. L’acquisition d’un visa résident n’est nécessaire que lorsqu’on souhaite y séjourner plus de 6 mois. Par ailleurs, on peut facilement se perdre au Japon. Mais heureusement que la plupart des citadins parlent anglais et n’hésitent pas à aider les touristes. Toutefois, on remarque très vite la barrière de la langue une fois qu’on quitte la capitale. Un petit cours de japonais ne serait pas de trop.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *